Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. D'ocre et de cendres : Femmes en Algérie (1950-1962)

Couverture du livre D'ocre et de cendres :  Femmes en Algérie (1950-1962)

Date de saisie : 04/04/2012
Genre : Romans et nouvelles - français
Editeur : L'Harmattan, Paris, France
Auteur : Michèle Perret

Prix : 13.00 €
ISBN : 9782296961500
GENCOD : 9782296961500 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 01/03/2012

 
 
4ème de couverture

Ocre était la ville, figée dans ses tranquilles certitudes...
... et grise la mer - un gris presque noir, comme de cendres.

Alors que l'Algérie est en proie aux violences de sa guerre d'indépendance, treize destins d'Oranaises évoquent la vie quotidienne de ces années de braise, avec ses alternances cruelles de gaieté, d'amour, d'espoir et de drames. De Joséphine la lingère à Halima la laveuse, de Solange la femme-enfant, épouse comblée d'un jeune colon, à Malika la survivante, veuve d'un chahid, de Leïla qui ne sait pas qu'elle est morte à Nadia, la petite fille perdue un soir de manifestation, ou à Soledad la trop jolie, détruite par son ambition.

Michèle Perret est née à Oran. Professeur d'université, médiéviste et linguiste, elle a publié plusieurs ouvrages de linguistique, dont une Introduction à l'histoire de la langue française, et des traductions de récits médiévaux. Romancière, elle est déjà l'auteur d'un roman pour adolescents, La légende de Mélusine, et d'un récit inspiré de son enfance en Algérie, Terre du vent.
Elle a publié aux éditions L'Harmattan en 2010 Terre du vent- Une enfance dans une ferme algérienne 1939-1945. D'ocre et de cendres est son premier recueil de nouvelles.

Dessin de couverture : Kay Wernert

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Eux

«Je les vois du coin de l'oeil. Ils pensent sans doute se cacher, mais, si je ne bouge pas la tête, je vois leurs silhouettes à mes côtés. Je les sens aussi derrière moi, leurs ombres s'approchent de mes épaules, presque à me toucher. Si je tourne la tête, bien sûr, il n'y a personne. Ce sont les promeneurs de l'indécis, du brumeux, de l'improbable.
Qui sont-ils ? Bien évidemment, ce sont des morts, je ne me suis même jamais posé la question, tant c'est une certitude. Que me veulent-ils ? On dirait que rien. Depuis que je les sens autour de moi et que j'essaie de leur témoigner quelque bienveillance, aucun ne s'est manifesté pour me faire savoir ou me demander quelque chose.
Ils sont simplement là, ils observent, souvent avec un peu de curiosité. Ainsi, quand nous nous sommes repliés dans cet appartement sur jardin, où l'ombre mouvante des arbres brouille les perceptions, ils venaient voir comment j'allais m'installer. Quand je dis «ils», il ne faut pas croire que c'est une foule, ils viennent un par un, j'ai simplement l'impression que ce ne sont jamais les mêmes. Dans cet appartement, aux premiers jours, il y en a même un qui s'était laissé surprendre par l'objectif, il est apparu au développement, ombre floue dans le reflet d'une vitre, il semble que c'était une jeune fille, en chemisier à col ouvert -ou peut-être un très jeune garçon.
Un autre jour, un soir plutôt, j'en ai nettement aperçu un sur le balcon, du coin de l'oeil, toujours. C'était un homme jeune, vingt-cinq ans environ, brun, pas très grand, de vêtements modestes et il me semble qu'il fumait. Il fumait ? Un mort ? Aucune incandescence de mégot, certes, mais il fumait. C'était sans doute un jeune ouvrier du bâtiment, endimanché pour l'éternité. Quand je me suis tournée vers lui, personne : le balcon était un peu sombre, éclairé par le reflet de la lumière de l'intérieur, avec la nuit sur les arbres.
L'un d'eux est passé rapidement hier au bout du couloir, je n'ai aperçu qu'un bout de sa veste sombre et une jambe de son pantalon. Il semblait plus âgé. Je me suis dit que c'était mon mari qui se préparait à partir. Je l'ai appelé pour lui dire au revoir, mais il était déjà parti depuis un moment - je me suis alors souvenu avoir entendu la porte. La maison était vide.
L'ombre s'est éclipsée vivement, passant sans bruit du salon à l'entrée. Que voulait-elle me dire ?

 
 
Courrier des auteurs (en partenariat avec Fnac.com et lechoixdeslibraires.com)


1) Qui êtes-vous ? !
Née à Oran, citoyenne du monde. Universitaire (médiéviste et linguiste) et romancière. Auteur, entre autres, d'une Introduction à l'histoire de la langue française et de Terre du vent, une ferme en Algérie.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Douze femmes d'Algérie et une machine à coudre, victimes collatérales, dans la tourmente de la guerre d'Indépendance. (Nouvelles)

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«... On ne survit pas vraiment et les choses ne sont plus jamais belles...»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Les feuilles mortes, de Prevert et Kosma (comprenne qui pourra !)

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La tolérance, l'horreur de la violence (si justifiée puisse-elle se dire) et le multiculturalisme.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?