Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Un autre cosmos ?

Couverture du livre Un autre cosmos ?

Date de saisie : 12/04/2012
Genre : Sciences et Technologies
Editeur : Vuibert, Paris, France
Auteur : Jean-Marc Bonnet-Bidaud | Thomas Lepeltier

Prix : 20.00 €
ISBN : 978-2-311-00774-9
GENCOD : 9782311007749 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 16/03/2012

 
 
4ème de couverture

L'univers est-il né d'un big bang ? La plupart des cosmologistes et astrophysiciens l'affirment. Ils précisent même que l'univers est apparu il y a 13,7 milliards d'années et qu'il est maintenant entré dans une phase d'expansion accélérée. Pourtant, il existe bel et bien d'autres scénarios sur l'histoire du cosmos.
Pour illustrer cette part d'indétermination de la cosmologie moderne, les auteurs de ce livre ont entrepris de présenter, d'une manière accessible aux non-spécialistes, ces alternatives au modèle standard du big bang. Les lecteurs découvriront ainsi que, sur un plan scientifique, plusieurs conceptions de l'univers sont de nos jours envisageables. De quoi relancer de fascinantes interrogations sur le cosmos.

Thomas Lepeltier est historien et philosophe des sciences, chargé de cours à l'Université d'Oxford (Royaume-Uni), et auteur d'Univers parallèles (Seuil, 2010).

Jean-Marc Bonnet-Bidaud est astrophysicien au Commissariat à l'Énergie atomique (CEA de Saclay, France). Il a contribué à l'ouvrage Le big bang n'est pas une théorie comme les autres (La Ville brûle, 2009).

Autres auteurs : Stéphane Fay (Palais de la découverte, Paris) ; Jayant Narlikar (Inter-University Centre for Astronomy and Astrophysics, Pune, Inde) ; Ludwik Celnikier (Observatoire de Meudon) ; Robert Brandenberger (McGill University, Canada).

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Extrait de l'introduction de Thomas Lepeltier

Combien de modèles pour l'univers ?
Le problème de la sous-détermination des théories

La scène se passe à l'Académie des sciences, à Paris. Nous sommes en 1999. Jean-Claude Pecker, professeur honoraire au Collège de France, organise une rencontre entre Joseph Silk, partisan du big bang, et Jayant Narlikar, promoteur d'un modèle cosmologique alternatif. Tous deux sont des chercheurs dont les compétences ne sont mises en cause par personne. Le premier est professeur d'astronomie à l'université d'Oxford (Royaume-Uni) ; le second est professeur émérite de cosmologie à l'université de Pune (Inde). Le débat porte sur les incertitudes de la cosmologie moderne et, en particulier, sur la validité du big bang. Ce modèle cosmologique, envers lequel il y a de nos jours un large consensus au sein de la communauté scientifique, tente d'expliquer l'évolution de l'univers à partir d'une phase initiale très chaude et très dense. Chaque protagoniste est donc censé exposer les mérites du modèle qu'il défend et critiquer celui de son interlocuteur. Quoi de plus normal, pourrait-on penser. N'est-ce pas le pain quotidien des chercheurs que de confronter entre elles différentes théories physiques ? Ou encore, quitte à avoir des préférences, n'est-il pas du devoir des chercheurs d'évaluer leur théorie de prédilection à l'aune des mérites et défauts des théories concurrentes ?

Le débat avorté

Pourtant, au cours de cet échange, le professeur d'Oxford révèle que ce n'est pas ainsi qu'il conçoit le débat avec son homologue indien. Considérant que l'accord entre le modèle du big bang et les observations est remarquable, il affirme qu'il n'est pas nécessaire d'étudier d'alternative ! Silk est bien obligé de reconnaître que le modèle du big bang rencontre quelques problèmes, mais ses qualités, estime-t-il, l'emportent largement sur ses défauts. Du coup, il avance que les anomalies que rencontre ce modèle vont disparaître un jour ou l'autre, sans qu'il soit nécessaire de le modifier en profondeur. À aucun moment, Silk ne semble envisager que les problèmes que rencontre le modèle du big bang pourraient disparaître dans le cadre d'un modèle alternatif, en particulier celui de Narlikar. En somme, Silk estime que le modèle du big bang est le bon et que les anomalies qu'il présente doivent disparaître dans le futur sans qu'il soit besoin de le mettre en cause ; un point, c'est tout. La recherche d'alternative est donc inutile.
Impossible de se tromper : ce débat entre Silk et Narlikar tourne vite au dialogue de sourds. Pourtant, une discussion constructive semblait possible. Narlikar ne disait pas que le modèle du big bang n'arriverait jamais à éliminer certains de ses problèmes ; il soutenait que l'existence de ces problèmes à elle seule justifiait l'étude et le développement de modèles concurrents, dont le sien en particulier. Mais Silk n'était pas vraiment prêt à donner sa chance à un modèle alternatif. Son attitude, pour surprenante qu'elle paraisse aux yeux d'un observateur extérieur à la communauté des astrophysiciens et des cosmologistes, n'a rien d'exceptionnel. Il est en effet très courant d'entendre des cosmologistes mettre en avant les succès du modèle du big bang pour discréditer d'avance toute recherche d'alternative. Leur argumentation récurrente s'exprime sous deux formes très similaires. Soit ils avancent qu'il serait envisageable d'étudier un modèle cosmologique autre que celui du big bang si ce dernier ne marchait pas très bien, mais comme il marche très bien, il est inutile de se tourner vers des modèles concurrents. Soit ils affirment que tous les modèles concurrents du big bang ont des défauts et, contrairement au modèle du big bang, sont incapables d'expliquer certaines observations ; ce qui prouve bien que le modèle du big bang est le meilleur et le seul envisageable.

 
 
Courrier des auteurs (en partenariat avec Fnac.com et lechoixdeslibraires.com)


1) Qui êtes-vous ? !
Jean-Marc Bonnet-Bidaud, astrophysicien, spécialiste de la fin de vie des étoiles, passionné par l'histoire des idées scientifiques et l'étude des conceptions que l'homme a du cosmos dans les différentes grandes civilisations.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Montrer les limites de notre compréhension actuelle de l'univers et la très grande diversité des explications qui peuvent être proposées pour expliquer ce que nous observons dans l'univers.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Ce livre entend ouvrir des horizons cosmologiques. Tous les contributeurs de cet ouvrage ont eu pour tâche de réfléchir aux incertitudes de la cosmologie actuelle et de présenter, à propos de certains phénomènes cosmiques, des interprétations différentes de celles qui sont toujours présentées au public.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Karlheinz Stockhausen pour la dissonance harmonieuse de sa musique, mosaïque de sons pour une oeuvre.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La curiosité et l'imagination pour comprendre l'espace qui nous entoure.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?