Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Guérir le cancer par le zen, l'arbre et le qi gong : le rugissement du tigre face à la maladie

Couverture du livre Guérir le cancer par le zen, l'arbre et le qi gong : le rugissement du tigre face à la maladie

Date de saisie : 01/08/2017
Genre : Médecine, Santé
Editeur : G. Trédaniel, Paris, France
Auteur : Jean-Paul Dutrey
Préface : Liujun Jian

Prix : 24.90 €
ISBN : 9782813214553
GENCOD : 9782813214553 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 23/06/2017

 
 
4ème de couverture

À l'âge de 57 ans, Jean-Paul Dutrey apprend qu'il est atteint d'un cancer avancé. Il accepte la chirurgie mais refuse la chimiothérapie et choisit une autre voie de guérison, alliant les traditions millénaires du zen, de l'arbre Zhan Zhuang et du Qi Gong, dont les techniques de respiration abdominale, les postures et les mouvements présentent d'incroyables bienfaits pour la santé.

Dans cet ouvrage, l'auteur nous montre comment une pratique régulière de ces techniques permet, en améliorant la circulation des énergies des organes et des émotions dans le corps, de renforcer les défenses naturelles de son organisme et de créer un socle propice à l'autoguérison. Si ces techniques aident à mieux supporter les effets secondaires de la chirurgie ou de la chimiothérapie, elles préviennent également les récidives et se montrent de puissants alliés dans la lutte contre le cancer. Bien sûr, elles n'ont pas vocation à se substituer aux traitements conseillés par les cancérologues, mais offrent une nouvelle approche de la santé et des clés permettant de faire face de la meilleure façon possible aux épreuves de la vie, de la maladie et du vieillissement.

Fondé sur l'expérience de l'auteur et conçu comme un véritable pont entre les approches médicales et psychologiques de l'Orient et de l'Occident, cet ouvrage permettra au bien portant comme au malade d'entretenir ou de restaurer l'unité de son corps et de son esprit, et donc ses capacités d'autoguérison.

Maître en Qi Gong, Jean-Paul Dutrey a également étudié la médecine chinoise, les arts martiaux chinois - Tai Chi Chuan, Épée et Sabre - et le bouddhisme zen soto. Il est l'auteur des Quatre Piliers de la médecine chinoise et de L'Arbre du bonheur, parus chez le même éditeur.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

CHAPITRE I

FACE AU CANCER, L'ÉPREUVE ET L'ÉVEIL

«Les tumeurs tant bénignes que malignes relèvent d'un problème simple, à savoir un dépôt, consécutif à un blocage, qui s'accompagne d'une stagnation. C'est le même problème pour une gouttière. En cas d'aspérité, des dépôts se forment, les feuilles s'accumulent en amont. Le dépôt dans la gouttière peut-être tel, qu'à la longue celle-ci va plier, se rompre. Les dépôts qui se créent dans l'organisme à la suite d'une stagnation peuvent alors se répandre dans tous les autres organes.»

Michel Picard

L'ÉPREUVE ET L'ÉVEIL

Je suis allé en consultation chez mon médecin de famille pour soigner un gros rhume. Il me donna les médicaments nécessaires puis me demanda si ma santé était bonne. Je lui répondis que mon état général était satisfaisant mais que je me levais une ou deux fois par nuit pour des mictions involontaires. Il feuilleta mon carnet de santé et constata que je n'avais pas eu de check-up médical depuis sept ans après la cinquantaine. Il me fit remarquer que différents symptômes se manifestent entre 55 et 60 ans et qu'il fallait les traiter à titre préventif. Il me prescrivit différents examens médicaux : bilan sanguin, bilan hépatique, NFS plaquettes, taux de PSA, analyses des urines et des selles. Les résultats d'analyse du 15 décembre 1999 étaient les suivants :

1. La numérotation des plaquettes était faible et se situait à 87000/mm3, alors que la valeur normale est comprise dans une fourchette de 150000 à 350000/mm3. Il m'adressa au professeur Goguel du service d'immuno-hématologie de l'hôpital Ambroise-Paré de Boulogne pour une exploration plus complète du problème des plaquettes.
2. Le taux de PSA (Prostatic Spécifie Antigen) s'élevait à 9,23 ng/ml, supérieur à la normale définie à 4,00 par la technique Vidas du laboratoire Bio-Mérieux. L'échographie prostatique du Centre d'imagerie médicale Marcel-Sembat du 20 décembre 1999 indiquait une hypertrophie prostatique d'allure bénigne avec une prostate à 30 grammes ; pas d'altération suspecte sur toute la zone périphérique et absence de résidu postmictionnel.

Le 31 janvier 2000, je rencontrai en consultation le professeur Goguel, du service d'immuno-hématologie, qui me prescrivit différents examens de contrôle de février à novembre 2000 : profil protéique, bilan hépatique et anticorps antinucléaires. Je revis régulièrement, tous les deux mois, le professeur Goguel qui me commentait les résultats des analyses. Le bilan hépatique indique que le taux de bilirubine est supérieur à la normale (23 > 17 mcM/l), le profil protéique indique un IgA un peu élevé (253), alors que les valeurs normales sont comprises entre 45 et 160, et le test anticorps antinucléaires révèle une souffrance hépatique. Le professeur renouvela les analyses médicales en mai-juin, puis en septembre-octobre, afin d'analyser l'évolution de ces paramètres et d'expliquer cette souffrance hépatique. A chaque consultation à l'hôpital Ambroise-Paré, il palpait assez énergiquement l'abdomen et sur les côtés, notamment dans la région du foie. Il constatait que la consistance du bord du foie était légèrement ferme. Il cherchait à expliquer le mécanisme de souffrance hépatique. Il m'indiquait que la science et la médecine actuelle ne savaient pas traiter cette maladie rarissime du sang. Les résultats des différentes analyses médicales ne signalaient pas de marqueurs d'évolution d'une hépatite B ou C. Il ne me donna aucun soin médical concernant la souffrance hépatique et le nombre insuffisant des plaquettes dans le sang. Il me fit seulement un contrôle systématique pendant plusieurs mois du NGPI, jargon médical indiquant la numérotation globulaire des plaquettes.
Le professeur constata qu'il n'y avait pas d'explication au mécanisme observé et que, dans ce cas, il serait prudent de n'envisager aucun traitement. Il me dit simplement que, si on n'avait pas effectué ces analyses médicales, on n'aurait pas trouvé cette maladie de sang et que probablement je serais mort d'une autre maladie dans une vingtaine d'années. Mon cas l'intéressait fortement, et il me demanda l'autorisation de communiquer les résultats d'examens à un autre service de l'hôpital de façon à approfondir les analyses dans le cadre de la recherche scientifique. Je sentais que le professeur Goguel était un homme prudent. Il me dit que nous avions le même âge, et qu'il était préférable de laisser le corps vieillir naturellement lorsqu'il n'y a pas d'explication aux résultats des analyses médicales.
(...)

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?