Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Les champions du Tour

Couverture du livre Les champions du Tour

Date de saisie : 01/08/2017
Genre : Sports
Editeur : Ouest-France, Rennes, France
Auteur : Jérôme Bergot

Prix : 30.00 €
ISBN : 9782737375705
GENCOD : 9782737375705 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 23/06/2017

 
 
4ème de couverture

Cet ouvrage présente 122 des champions qui ont disputé le Tour de France, retraçant l'histoire du Tour, des origines en 1903 jusqu'à aujourd'hui. On y retrouve les grands vainqueurs, de Maurice Garin à Christopher Froome, en passant par Eddy Merckx, Bernard Hinault, Jacques Anquetil, Louison Bobet ou Fausto Coppi. Mais aussi les grands héros d'un jour ou d'un Tour, comme Luis Ocana, Raymond Poulidor ou Jean Robic. Le Tour a aussi mis en lumière les grands grimpeurs, tels René Vietto ou Luis Herrera, de même que les routiers-sprinters, grands chasseurs d'étapes comme Charles Pélissier ou Mark Cavendish. Sans oublier les baroudeurs qui se sont illustrés à de multiples reprises, que sont André Leducq, Ferdi Kubler ou Thomas Voeckler... D'une manière ou d'une autre, ils ont tous fait du Tour la plus grande course du monde.

Journaliste au service des sports du journal Ouest-France depuis 1989, après des études de journalisme à Paris et une année au quotidien Le Sport, Jérôme Bergot est spécialisé dans le cyclisme et le football. Il a couvert de multiples événements footballistiques à travers le monde et de nombreuses courses cyclistes dont plusieurs éditions du Tour de France. Il est par ailleurs auteur de hors-séries consacrés au sport.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

MAURICE GARIN

Né le 3 mars 1871 à Arvier (Italie),
décédé le 19 février 1957 à Lens (Pas-de-Calais).

Quel destin.pour Maurice Garin, enfant du Val d'Aoste... Parti de chez lui à quatorze ans, en 1885, pour être ramoneur en Savoie, il devient maçon dans le Nord de la France et est naturalisé français à ses vingt-et-un ans. C'est un petit homme râblé (1,60m, 62 kg) et courageux, qu'on appelle «le fou», car il ne se déplace à Maubeuge qu'à bicyclette, une pratique pour laquelle il est doué, comme le sont deux de ses frères, Ambroise et César...

À jamais premier héros du Tour

Maurice Garin s'essaie d'abord aux courses sur piste et remporte les 800 km de Paris en 1893, les 24 h de Liège en 1 894, les 24 h de Paris en 1895. Puis il se lance sur la route et gagne en 1 896 Paris-Le Mans, en 1 897 Paris-Roubaix, en 1901 Paris-Brest-Paris, en 1902 Bordeaux-Paris.

Les longues distances ne lui font pas peur ! Alors lorsqu'en 1903 Henri Desgrange et son journal L'Auto lancent le «Tour de France», Maurice Garin est intéressé. Il a trente-deux ans, il tient un magasin de cycles à Lens, et il est le premier inscrit sur la liste des soixante engagés. Des enragés de la bicyclette qui se donnent rendez-vous devant le café «Au réveil-matin», à Montgeron, au sud-est de Paris, le 1er juillet 1903 à 15h 15.

Le programme est démentiel : Paris-Lyon, Lyon-Marseille, Marseille-Toulouse, Toulouse-Bordeaux, Bordeaux-Nantes, Nantes-Paris : 2428 km en dix-huit jours. La première étape fait 467 km, et c'est Garin qui la remporte. Il passe en tête à tous les points de passage, Fontainebleau, Montargis, Nevers, Moulins, Roanne, avec un vélo sans dérailleur, ni roue libre. La course se poursuit dans la nuit, pas trop noire heureusement car les coureurs n'ont pas d'éclairage non plus. Garin arrive à 9 heures à Lyon après 17 heures 45'44" de course, Émile Pagie qui l'a accompagné longtemps arrive 55" après lui. Mais le 37e et dernier rescapé arrive le soir, à 20h 55. Garin résume : «C'était la guerre...»

Il est le premier leader de la course pour laquelle on n'a pas encore trouvé l'idée lumineuse du maillot distinctif. Mais qu'importe, il reste en tête jusqu'au bout. Après avoir laissé filer des coureurs qui n'étaient pas dans le classement général, Garin remporte les deux dernières étapes, à Nantes et à Paris. C'est bien le plus fort, son avance sur son second en témoigne : deux heures et 48 minutes.

Et aussi le premier disqualifié !

Le Tour 1903 a été un succès populaire et sportif, il y en a donc un autre en 1904. Identique, mais avec vingt-huit engagés de plus. Au cours de la première étape, Maurice Garin est agressé par des hommes masqués sortis d'une voiture. Il la remporte néanmoins. Mais des incidents ont encore lieu dans les étapes suivantes, sur fond de chauvinisme régional. La gendarmerie doit tirer des coups de feu en l'air pour disperser des spectateurs qui barrent la route par endroits, molestent certains coureurs ou leur lancent des pierres et jettent des clous... Hyppolyte Aucouturier remporte quatre des six étapes, Lucien Pothier une, mais c'est bien Garin qui domine le classement général à Paris, avec 6 minutes d'avance sur Pothier. Son frère César est 3e. Garin est le maître du Tour ! Mais de nombreuses réclamations sont déposées, et-le 2 décembre, cinq mois après l'arrivée, l'organisateur décide de mettre hors course les quatre premiers, suspectés d'avoir profité de la nuit pour se faire aider par des engins à moteur ! C'est le 5e, un Nordiste de vingt ans, Henri Cornet, qui court sous un nom d'emprunt pour que sa famille ne le sache pas, qui récupère la victoire. Garin est suspendu pour deux ans.

Ayant l'impression d'avoir payé sa notoriété, Maurice Garin renonce à se plaindre et met un terme à sa carrière. Il se retire à Lens où il assure la gestion d'une station essence.

En 1953, Maurice Garin sera enfin mis à l'honneur lors d'une cérémonie au Parc des Princes pour le 50e anniversaire du Tour. Il décédera quatre ans plus tard, à l'âge de quatre-vingt-six ans.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?