Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Le miel et l'absinthe

Couverture du livre Le miel et l'absinthe

Date de saisie : 14/03/2008
Genre : Philosophie
Editeur : Hermann, Paris, France
Auteur : André Comte-Sponville

Prix : 22.00 €
ISBN : 978-2-7056-6656-9
GENCOD : 9782705666569 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 14/03/2008

 
 
4ème de couverture

Lucrèce, philosophe épicurien, est aussi un immense poète. Le paradoxe est que sa poésie semble prendre perpétuellement l'épicurisme à rebours, comme si le poète, chez lui, donnait tort au philosophe - à moins que ce ne fut l'inverse. C'est ce que j'ai essayé d'exprimer (notamment en retraduisant les plus beaux passages de son chef-d'oeuvre) et de comprendre. De la philosophie d'Epicure, la plus lumineuse, la plus douce, la plus sereine, peut-être la plus heureuse de toute l'Antiquité, Lucrèce a tiré le poème le plus sombre, le plus âpre, le plus angoissé, le plus tragique. Cela nous dit quelque chose sur l'homme qu'il fut, certes, mais aussi sur l'épicurisme, sur la philosophie, et sur nous-mêmes. Si nous étions des sages, nous n'aurions pas besoin de poètes. Mais aurions-nous besoin de philosophes ?

A. C.-S.

Philosophe matérialiste, rationaliste et humaniste, ancien élève de l'Ecole normale supérieure, André Comte-Sponville fut longtemps maître de conférences à la Sorbonne, dont il démissionna en 1998 pour se consacrer exclusivement à l'écriture et aux conférences qu'il donne en dehors de l'Université. Ses philosophes de prédilections sont Epicure, les stoïciens, Montaigne et Spinoza. Parmi les contemporains, il se sent proche de Claude Lévi-Strauss, Marcel Combet et Clément Rosset, en Occident, Prajnanpad et Krishnamurti en Orient. Il veut renouer avec l'idéal ancien de sagesse, tout en assumant les défis de la modernité. On l'a parfois comparé à Alain ou à Camus ; il est plus proche du premier quant à la forme et du second quant au fond.
Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages de philosophie, toujours très accessibles. Fidèle h la tradition matérialiste, il dénonce les illusions ou espérances spontanées de l'homme, qui, selon lui, nous éloignent de la sagesse. La connaissance et l'action doivent nous guider sur le chemin de ce que les anciens nommaient ataraxie ou béatitude. Il s'agit de connaître et de vouloir, sans prendre la connaissance pour une volonté, ni la volonté pour une connaissance : «comprendre la réalité de nos désirs, plutôt que prendre nos désirs pour la réalité».

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Lucrèce, disciple d'Épicure

Tu, pater, es rerum inventor
Lucrèce, III, 9
(«C'est toi, père, qui découvris la vérité»)

J'ai longtemps préféré Épicure, plus lumineux, plus serein, plus doux - plus sage. C'était la lumière grecque, celle des commencements. Comme Lucrèce, à côté, me semblait sombre, angoissé, fatigué - tardif ! Et sans doute je n'avais pas tort, ni ne veux à présent diminuer les mérites d'Épicure. Au reste, entre Athènes et Rome, quel philosophe hésiterait ? Les mêmes raisons, aujourd'hui, me rendent pourtant Lucrèce plus proche, plus fraternel, plus émouvant. C'est que j'ai changé sans doute, ou vieilli, et que ce qu'il y a de plus amer, chez le poète latin, parle davantage, ou de plus près, à notre expérience qu'à notre jeunesse. Je pourrais dire la même chose, ou peu s'en faut, d'Épictète, que j'ai aimé d'abord, et de Marc Aurèle, qui me touche tellement plus aujourd'hui. Mais aucun de ces deux-là n'a inventé le stoïcisme, pas plus que le second ne s'est voulu le disciple exclusif du premier. Socrate ou Zénon, pour l'un et l'autre, importaient davantage. Alors que Lucrèce n'a cessé de chanter la grandeur sans égale d'Épicure, ni ne s'est voulu autre chose que son élève ou son traducteur. La différence, entre le philosophe grec et son disciple latin, n'en apparaît que mieux. À cause de la poésie ? Pas seulement ni surtout. C'est une différence qui touche au fond plus qu'à la forme, au tempérament plus qu'à l'esthétique. Différence humaine, donc aussi philosophique, et qui ressort d'autant plus qu'elle est quasi nulle d'un point de vue doctrinal ou conceptuel. Il y aurait donc autre chose, dans la philosophie, que des doctrines et des concepts ? Il le faut bien. Il n'y aurait autrement ni concepts ni doctrines. Le corps existe d'abord. La sensibilité existe d'abord (nous n'aurions autrement aucune idée du vrai et du faux, explique Lucrèce au livre IV, ni d'ailleurs aucune idée), et celle de Lucrèce, d'évidence, n'est pas la même que celle d'Épicure. La vérité est une ? Disons plutôt qu'elle est universelle, sans cesser pour autant d'être multiple. Ce qui est vrai pour Épicure est vrai aussi pour Lucrèce. Et il est vrai pour tous les deux - à supposer qu'Épicure pût en juger - qu'ils sont différents l'un de l'autre. Empirisme et rationalisme vont ensemble, comme le monisme et le pluralisme.
Le paradoxe, qui n'en demeure pas moins, c'est en effet que Lucrèce, comme philosophe, n'est et ne veut être qu'un disciple d'Épicure. C'est d'ailleurs essentiellement grâce à lui que nous connaissons la pensée de son maître. On sait que les doctrines des philosophes de l'Antiquité, qu'ils aient écrit en grec ou en latin, ne sont parvenues jusqu'à nous que dans la mesure où d'obscurs lettrés, durant des siècles, et spécialement durant tout le Moyen Âge, ont eu la patience de recopier, bien sûr à la main, leurs oeuvres immortelles et fragiles...

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?