Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Comment le retard vient aux Français : analyse d'un discours sur la recherche, l'innovation et la compétitivité, 1940-1970

Couverture du livre Comment le retard vient aux Français : analyse d'un discours sur la recherche, l'innovation et la compétitivité, 1940-1970

Date de saisie : 28/02/2008
Genre : Sciences humaines et sociales
Editeur : Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d'Ascq, France
Auteur : Julie Bouchard
Préface : Pierre Papon

Prix : 23.00 €
ISBN : 978-2-7574-0032-6
GENCOD : 9782757400326 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 28/02/2008

 
 
4ème de couverture

Peut-on faire du «retard français» un objet des sciences sociales ? Oui, à la condition de s'attacher au discours sur le retard et de délaisser la posture évaluative qui conduit soit à la «tardophilie» soit à la «tardophobie».

Depuis le XVIIIe siècle, le discours sur le retard, lié à l'idéologie du progrès, a envahi l'espace public en devenant une rhétorique de l'insuffisance et du changement. L'analyse de cette rhétorique en action permet de rendre compte des multiples significations qui lui sont attachées, des croyances et des représentations associées et de ses évolutions dans le temps.

L'analyse du corpus des rapports de la planification des années 1950-1960 en matière de science et de technologie montre comment ce discours a été un élément de la politique scientifique et technologique. Les retards sont définis à travers quatre grands «régimes de normativité» : celui fondé sur l'idée du progrès de la science pour lui-même ; celui fondé sur l'idée d une interdépendance entre les disciplines scientifiques ou entre la science et la société ; celui fondé sur la comparaison géographique et, enfin, celui fondé sur l'objectif administratif ou managérial. Constatant au cours du dernier demi-siècle la montée en puissance du régime de la «géocomparaison», ce phénomène est expliqué par les représentations des élites, l'institutionnalisation de la comparaison internationale et la mise en place d'un dispositif intellectuel qui la sert : les statistiques sur la science et la technologie.

Julie Bouchard les Sciences de l'information et de la communication à l'Iut de Montreuil- Université de Paris VIII. Chercheur associé au Laboratoire «Communication et politique» (Cnrs), elle a consacré sa thèse à l'analyse du discours sur le retard dans la politique de la science et de la technologie en France. Ses travaux portent sur la communication, l'analyse des discours et des représentations dans le champ de la science et de la technologie au cours du dernier demi-siècle.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Ces dernières années, la situation de la recherche scientifique française connaît une certaine fortune médiatique. En 2004 par exemple, une pétition est lancée chez les chercheurs, qui retient bientôt l'attention publique. Signée sur Internet par des dizaines de milliers de personnes, le texte émane d'un «collectif» de chercheurs qui met le gouvernement en demeure de «sauver la recherche». La réussite, en apparence tout du moins, est grande : sous la pression, 300 millions d'euros sont débloqués et 1 000 postes créés moins de trois mois plus tard.

Le terme de "retard" n'apparaît pas dans le texte soumis à pétition bien que, dès le premier paragraphe de la pétition, la comparaison géographique soit mise à l'honneur : «les pays qui ne maintiendront pas un outil de recherche d'excellence seront incapables de suivre l'accélération de l'évolution économique associée à la production des connaissances». Le retard n'est pas loin : il est tapi dans les réactions qu'ont suscitées et la pétition et le bouillonnement médiatique qui s'en est suivi. À commencer par la réaction personnelle du Président de la République, Jacques Chirac, dans une lettre ouverte envoyée au collectif :

«Mais nous sommes aujourd'hui confrontés à de nouveaux défis car la France et l'Europe ont pris du retard. C'est pourquoi j'ai souhaité en janvier dernier que la poli­tique de recherche de notre pays soit relancée à travers une nouvelle loi d'orientation et de programmation».

Le retard fait là son entrée dans le débat, sans y avoir été invité de prime abord. Alors que le problème initialement posé concernait la recherche, la politique de la recherche, et même la discussion d'une bonne politique de la recherche, on voit sourdre une "petite musique du retard" en arrière-plan de la cacophonie sur l'efficacité politique.

Extrait de l'introduction

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?