Agoraphobie et stress post-traumatique : comment s’en sortir ?

Agoraphobie et stress post-traumatique sont intimement liés.

Le premier est un trouble de l’anxiété, un trouble de panique fondé sur la peur de ne pas être en sécurité ou de ne pas trouver de l’aide dans un endroit s’il arrivait quelque chose.

Quant au second, il se caractérise par une incapacité à récupérer ses sens après avoir été témoin d’un événement terrifiant ou après l’avoir vécu.

Agoraphobie et stress post-traumatique comment s’en sortir

Comment surpasser agoraphobie et stress post-traumatique ?

Éléments de réponse !

Se soumettre à une thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale ou TCC a été validée scientifiquement.

Il s’agit d’une thérapie brève divisée en petites séances de 30 minutes à une heure.

Elle s’appuie sur les comportements, les émotions et les pensées d’une personne.

L’objectif est d’aider cette dernière à voir clair dans les schémas de pensées négatives qui sont à l’origine de ses comportements inadaptés.

Souvent appliquée dans le cadre de phobies, la TCC soulage de la détresse psychique en cas de phobie et d’agoraphobie notamment.

L’individu arrive peu à peu à dépasser ses symptômes invalidants que sont entre autres les réactions agressives, le stress, les inhibitions et les évitements.

Les principes de la TCC sont l’interactivité, la pédagogie et la collaboration.

Vous pourrez lire plus d’infos sur ifemdr.fr à propos de ces deux troubles.

Faire l’EMDR, une technique très prisée

L’EMDR est la réponse la plus adaptée pour guérir de ce mal.

L’Eye Mouvement Desensitization and Reprocessing fait office de méthode thérapeutique et s’est révélé très efficace pour un allègement de la charge émotionnelle reliée à un traumatisme chronique.

Le spécialiste devant le réaliser va stimuler les deux yeux de son patient de façon alternée afin de retraiter les souvenirs traumatiques et de les détacher du cerveau émotionnel.

Il s’attellera également à faire des simulations alternées au niveau des deux jambes en se servant de sons ou de tapotements.

Au cours de ces exercices, le patient va se remémorer son traumatisme, le réinterpréter et le transformer en souvenir.

C’est en effet l’objectif : le souvenir du traumatisme ne disparaît pas de la mémoire, mais il n’a plus d’emprise sur le présent ou sur le quotidien.

5 à 10 minutes suffisent généralement pour que la magie opère.

Les médicaments antidépresseurs

Considérés comme les « médicaments psy », les médicaments antidépresseurs interviennent pour soulager automatiquement des symptômes de la dépression.

Ils sont également utilisés dans le cas des phobies et bien évidemment, du stress post-traumatique.

Les médicaments antidépresseurs utilisés pour traiter de tels troubles doivent obligatoirement être délivrés sous ordonnance médicale.

Ils sont envisagés pour une très courte période et ne doivent jamais être une solution à long terme.

On y retrouve d’ailleurs la catégorie des anxiolytiques.

Ces derniers sont même contre-indiqués dans le traitement de l’agoraphobie et du stress post-traumatique.

Au lieu de soulager le patient, ils allongent le temps nécessaire dont il dispose pour se remettre d’événements traumatisants.

Pour conclure, l’agoraphobie et le stress post-traumatique mettent l’individu mal à l’aise en le ramenant à des souvenirs déplaisants.

Heureusement, avec la TCC, l’EMDR et des antidépresseurs, ces deux troubles peuvent être maîtrisés.

L’hypnose et le yoga

L’hypnose est à la fois un état de conscience et une pratique thérapeutique.

Quant au yoga, les bienfaits qu’il procure à l’organisme humain n’ont plus besoin d’être présentés.

L’hypnose plonge le patient dans un état de sommeil éveillé.

L’hypnotiseur va alors profiter de cet état pour identifier, traiter et faire disparaître la phobie de son patient.

Il en fera de même dans le cadre d’un stress post-traumatique en s’introduisant dans l’inconscient de ce dernier pour lui enlever l’objet de sa détresse psychique.

Avec le yoga, le même phénomène se produit sauf qu’ici, c’est l’individu lui-même qui agit pour lutter contre ses propres angoisses.

Avec des exercices tels que la méditation, il pourra se détendre, détendre son esprit, améliorer ses fonctions cérébrales et ramener son niveau de stress aussi bas que possible.

En conclusion, vous avez ainsi plus d’une alternative pour guérir de l’agoraphobie et du stress post-traumatique.


Articles connexes :

Comment évacuer la tristesse pour ne plus être triste ?

Acouphène émotionnelle : la signification psychologique ?